4 minutes pour lire cet article.

Le bon nombre de mots

Depuis des années, des experts du référencement soulignent que Google aime les contenus plus longs. C’est vrai, puisque vous avez tous probablement vu ce graphique qui montre bien que les premières positions comportent des articles de plus de 2000 mots.

Est-ce que vos lecteurs pensent la même chose ?

En tant que rédacteur, il est important de trouver le juste milieu pour ne pas se retrouver coincé entre des articles trop courts sans valeur ou alors, des articles trop longs que vos lecteurs ne liront pas.

Un casse-tête, n’est-ce pas ?

La bonne nouvelle est que Google s’est rendu compte que le nombre de mots et la densité de mots clés ne sont pas toujours les meilleurs indicateurs de pertinence. Les gens sont soucieux de leur expérience sur l’article et non du nombre de mots-clés.

D’après une étude complète réalisée par Moz, des critères relatifs à l’expérience utilisateur sont cités 4 fois dans les 10 premiers facteurs du référencement.

Cette tendance qui tend vers l’expérience utilisateur plutôt que la longueur des contenus risque de se faire sentir dans les positions sur Google. Et l’algorithme risque de s’améliorer dans ce sens, afin de mieux discerner les contenus de mauvaise qualité.

Ainsi, il ne suffit plus simplement de dépasser les 2000 mots et fournir un contenu riche en mots-clés – il faut offrir une expérience intéressante à vos utilisateurs. Pour cela, il vous suffit de connaître la longueur souhaitée par vos lecteurs pour fournir des articles de qualité.

Pas d’inquiétude, c’est plus simple que vous le pensez. Il faut installer des outils qui permettent d’analyser jusqu’où vos visiteurs descendent sur une page pour en déduire la longueur approximative. Avec cette information, vous pourrez optimiser au maximum votre blog.

Plus long, mieux référencé ?

Puisque depuis des années Google préférait des longs contenus, la plupart des entreprises et bloggeurs ont passé des années à produire du contenu dépassant les milliers de mots. Très souvent, la qualité est au rendez-vous et la lecture est agréable.

Est-ce que c’est pour autant mieux ?

Parfois, c’est le cas. Mais, honnêtement, très peu de visiteurs lisent toujours les articles à 100%. Moi-même, il m’arrive de lire rapidement des contenus pour en faire ressortir les objectifs et passer à un autre s’il ne retient pas mon attention.

La plupart des personnes agissent de la même manière.

Chartbeat a réalisée une étude pour comprendre le comportement des lecteurs sur un article en ligne. Voici un graphique qui résume le nombre de lecteurs qui descendent sur une page :

 

This is a histogram showing how far people scroll through Slate

Comme vous pouvez le voir, que vous rédigiez un article de 1000 ou 8000 mots, la plupart des gens ne liront pas l’intégralité du contenu. Malheureusement, ils n’auront pas la chance de lire votre excellente conclusion.

Certes, votre article est sûrement très intéressant et pourrait bien marcher mais, si les gens ne le lisent pas, il n’aidera pas vos lecteurs. Cette idée est aussi valable pour les pages du site et les pages de destination. Internet est rempli d’énormes pages qui ne tiennent pas compte de l’expérience utilisateur du lecteur.

Sur de nombreux sites, vous vous perdrez dans la longueur des pages, à lire des informations et à chercher ce que vous attendez. Or, l’information devrait venir à vous, sans avoir à la chercher dans des textes très longs. En faisant perdre du temps à vos visiteurs, ils conservent une mauvaise expérience dans leur esprit.

Il faut retenir que, en fonction de votre audience, écrire plus peut signifier que les gens lisent moins et donc vous aurez moins de conversions.

Testez différentes longueurs pour vos contenus

Lorsqu’il s’agit d’optimisation du taux de conversion, beaucoup se concentrent sur les principaux éléments comme les titres, les formulaires et les CTA. La longueur du contenu est tout aussi importante que le reste, il faut veiller à respecter un bon ratio.

Pour résumer rapidement, certains se sont attelés à mener des études pour comprendre le comportement des lecteurs. Le résultat est que plus les messages sont longs, plus les personnes passent du temps lire la page. Cela a du sens, puisque les textes plus longs prennent plus de temps à lire. Cependant, des articles intermédiaires ont bien souvent un taux d’achèvement plus élevé que les autres.

Ainsi, alors que les lecteurs passaient plus de temps sur la version la plus longue, plus de personnes ont finalement terminé les articles et ont vu le CTA sur les versions intermédiaires.

Conclusion

Ainsi, est-ce que les longs contenus sont-ils vraiment mieux ? Pendant des années, c’était un moyen pour être bien classé sur Google, mais il y a du changement depuis peu.

Google gagne de l’argent grâce aux bonnes requêtes qu’il fournit, l’algorithme a tout intérêt à offrir des résultats de qualité. Pour être en ligne, dans les premières positions, il faut veiller à adapter la longueur de vos articles et fournir une bonne expérience.